Quand je lis certains cahiers des charges, je vois à quoi je sers

Il y a des jours comme ça ; temps maussade, actualités dramatiques, l'ordi qui plante... le blues quoi.

Et puis il suffit d'un rien, un avis d'appel public, un cahier des charges pour la refonte d'un site internet que l'on consulte et là... la révélation ! C'est mauvais ! Très mauvais même ; des oublis essentiels, une demande très floue, pas de précision sur les attentes fonctionnelles, l'accessibilité... "connais pas", une vision d'internet qui date, des critères de sélection mal pondérés... et j'en passe.

 

Il y a des jours comme ça, où le soleil revient alors qu'on ne s'y attendait pas. Oui, cette collectivité aurait sans doute mieux fait de se faire accompagner pour préparer son projet de refonte de site internet. Oui, l'AMO est plus que jamais nécessaire pour éviter de coûteuses erreurs.

 

Il y a des jours comme ça, où le moral est au beau fixe parce qu'on sent bien que, quelque part, les collectivités ont vraiment besoin d'aide.

Ah que c'est bon.